Mon (ego)trip en Thaïlande

Installez-vous, c’est parti… 58 jours. C’est le temps exact passé en Thaïlande. Arrivé par le nord du pays pour finir par sortir par le sud-est.
58 jours, ça parait beaucoup, mais ça passe vite.
Pour ceux qui ne connaissent pas la Thaïlande et qui vont en découvrir une partie grâce à cette histoire fabuleuse que je vais raconter :D, c’est un mélange particulier de moderne et d’ancien, de traditions et de gratte-ciels. C’est sans cesse en mouvement, le prix effréné de l’évolution du pays depuis une trentaine d’années passe par un décalage énorme entre un monde rural doux et une effervescence urbaine où se croise tourisme, business et toutes formes de folies humaines.

Je ne connaissais pas la Thaïlande, mais je l’attendais, un peu comme une récompense. Contrairement à d’autres pays, la Thaïlande est souvent accompagnée d’un imaginaire collectif fort et sa visite ne fait que renforcer la folie qui en ressort.
C’est un des pays qui offre une diversité de rythmes, de paysages, d’ambiances qui collent forcément aux envies de chacun tellement, les possibilités sont nombreuses de trouver ce que l’on cherche.


Je vous laisse découvrir la carte du périple.

Comment vous expliquer la Thaïlande ?
Par quoi commencer ?

Évidemment, il risque d’y avoir autant de versions de la Thaïlande que de gens qui la raconte, car il y a une forme de prisme qui nous renvoie ce que l’on veut voir ou ce que l’on cherche en y venant.
Le voyage s’est surtout constitué autour de longs déplacement en bus, de découvertes vélo et de curiosités.
Je vais exposer brièvement le parcours et faire une rétrospective de quelques lignes sur des lieux parcourus, de quoi donner des idées de voyage.

Résumé des étapes de notre voyage en quelques mots :

Chiang Rai,

Chiang Rai est une petite ville au nord de la Thaïlande où il fait bon vivre. On en parle peu dans les guides et c’est un tort, car on y trouve un rythme de vie agréable et on peut facilement y passer de 4 à 8 jours sans tourner en rond. La ville se développe toute en douceur.
Mais sa plus grande force est ce qu’on y trouve dans un périmètre de 15-30 km autour de la ville (un vélo peut suffire pour ceux qui aiment l’aventure, la vraie).

Le White Temple (Wat Rong Khun),

Un ovni dans le paysage religieux de la Thaïlande. Tout en symbole et en clin d’œil à la pop culture, il n’en reste pas moins un lieu cultuel où vous pouvez voir des moines bouddhistes laver la tête de Batman pendue à un arbre par exemple. C’est l’œuvre folle d’un artiste thailandais (Chalermchai Khositpipat) qui a failli fermer définitivement en 2014 suite à un tremblement de terre. 
Nota bene: sachez quand même que vous ne serez pas les seuls à avoir cette idée de visiter le temple. On est en mode “parc d’attraction religieux” là, pas de solitude possible sur un banc pour chercher le Nirvana.

The Black House (Baan Dam),

Autre lieu surprenant dans les environs de Chian Rai qu’on pourrait mettre en parfaite opposition avec le White Temple. On entre ici dans un monde artistique où se croise une architecture sombre avec des sculptures en bois, où l’odeur de peaux de bête s’harmonise parfaitement avec des meubles conçus en corne de buffle. Un havre de paix dans son genre. Très particulier, mais vraiment intéressant.
Pour vous donner une idée, on pourrait le voir comme une ambiance à la T.Burton mélangée à celle d’une secte. 🙂

Hill Tribe Villages,

Perdu dans la campagne avoisinante à Chiang Rai, se trouve un refuge pour différentes ethnies dont la plus connue est celle des communautés Karen (femmes avec des anneaux qui sertissent leur cou).
Expérience très particulière malgré la beauté des lieux. Un genre de zoo humain où notre curiosité est confrontée à une forme de culpabilité. Expérience poignante qui nous amène forcément à réfléchir, mais on est loin d’une expérience ethnologique réelle respectueuse des tribus que l’on rencontre.

Chiang Mai,

Chiang Mai, la nouvelle capitale internationale des digital nomads. Deuxième ville de Thaïlande en terme de dynamisme et de population, elle a tout pour plaire. Une vie culturelle riche et variée, des infrastructures adaptées à toutes les formes de tourisme. Il y fait bon vivre. Sa proximité avec une nature plutôt luxuriante nous offre aussi des opportunités de respirer sans lancer des expéditions trop compliquées (le vélo est une possibilité intéressante de déplacement.).
Touristophobes s’abstenir parce que ça grouille.

Lamphun,

À quelques kilomètres de Chiang Mai, se trouve un temple haut en couleur qui est indiqué dans certains guides. C’était notre cas, mais il semblerait que la ville n’est pas réellement d’autres atouts à proposer. #letempleperdu.
Pas la peine de lancer une expédition dans cette direction, sauf si vous êtes justement touristophobe.

Sukothai,

Sukothai est une ville divisée en 2 parties. Pas tellement bien connectées entre elles, l’une est surtout connue pour ses ruines et l’héritage culturel protégé par l’UNESCO.
C’est une énorme zone d’archéologie où l’on peut admirer des vestiges d’une Thaïlande plus ancienne. C’est un peu l’Angkor de la Thaïlande. Un lieu à faire, à voir et encore une fois, on conseille de louer des vélos pour profiter entièrement de cette douce aventure.

Krabi,

Krabi est une ville portuaire du sud de la Thaïlande. Un lieu de passage pour tous les amoureux des îles paradisiaques et des plages magnifiques, car c’est de là que partent et arrivent, bateaux, bus, avions en tous genres avant de se répartir dans ses environs.
La ville, plutôt petite a quelques atouts :

Tiger Cave Temple (Wat Tham Seua),

C’est surtout une aventure cardiaque où il faut monter 1260 marches avant d’accéder au sommet sur lequel se trouve un temple et des gens qui récupèrent (ou qui suffoquent encore) avant de redescendre.
C’est un lieu intéressant pour apprendre à dire “courage” et “merci” dans toutes les langues. Venez tester votre solidarité universelle, car ici, même les sportifs transpirent.

Ao nang,

Associée à Krabi, c’est la partie “hyper” aménagée pour recevoir des milliers de vacanciers voulant profiter de cette longue plage (vraiment) magnifique.
Amoureux de la farniente et du sable chaud, vous avez ici une source de bonheur inépuisable. Pour les autres, la balade vaut quand même largement l’effort. 😉

Koh Lanta,

Bon, sachez tout d’abord qu’on vous a menti toutes ces années, l’émission n’a jamais été tournée sur cette île et honnêtement, ce n’est pas ici que vous allez tester vos limites dans la vie tellement c’est organisé pour vous rendre la vie délicieuse.
Koh Lanta est une île entourée de plages où chacune porte en son décor, sa propre ambiance, ses propres bars et sa propre symbiose.
Envie de ne rien faire? Ce lieu sera votre pèlerinage.
Plus sauvage que d’autres îles paradisiaques, c’est aussi un bon compromis entre douceur de vivre et nature. Notre coup de coeur “nature” de notre voyage en Thaïlande, je crois. Il reste des zones à fort potentiel “authentique”, comme aiment les décrire les français.#Sobobo

Bangkok,

Bangkok, ce n’est pas vraiment une ville, mais plutôt un petit pays où les horizons paraissent lointains. Incroyable, dans sa grandeur et dans sa folie, il faut oser se promener là où personne ne va pour se rendre compte que c’est aussi une ville à plusieurs vitesses.
C’est un point de passage obligatoire car c’est en quelque sorte la porte d’entrée des pays d’Asie du sud-est (quasiment tous les avions long courrier passent par Bangkok).
Il y a tellement à dire sur cette ville que je pense en faire un article particulier, mais d’ici là, notez que vous pouvez vous lancer dans cette aventure, soyez curieux, car les trésors sont souvent cachés. Urbain, te voilà explorateur d’un nouveau monde. 😉 

Damnoen Saduak,

Damnoen Saduak, ce nom raisonne facilement, car c’est un des marchés flottants les plus connus et des plus populaires en Thaïlande. La ville s’est organisée autour du dynamisme de ce marché. Cela permet de partager un petit bout d’imaginaire collectif.
C’est très vivant, un peu bordélique, et surtout très touristique (vous prenez ça comme vous voulez). 🙂

Kanchanaburi,

Kanchanaburi, ville d’histoire pour les thaïlandais et les japonnais. Un pèlerinage autour de son célèbre “pont” mais cette petite ville n’a pas réellement d’atouts esthétiques. C’est une ville qui vit, certes, mais n’envisagez peut-être pas de vous y installer pour une retraite paisible. #coupdedeceptionthailandaise 

C’est de Bangkok que le départ vers une autre aventure s’est lancé. Direction le Cambodge maintenant, mais ça, c’est une autre histoire.
L’aventure continue …

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.