Vélo et dualité à Phnom Penh

J’avais envie de souligner et faire parler cette photo prise au Cambodge en 2019, elle donne une impression particulière car on y voit plusieurs mondes qui s’y croisent.

Faire parler cette photo :

Quel mot vient à notre esprit en voyant cela ?

Un défilé de cyclo-pousse à Phnom Phen transportant des touristes.

Moi ce serait “dualité” ou l’idée qu’il y a un caractère commun (le lieu) composé de 2 éléments de nature différente (les locaux d’un côté et les touristes de l’autre par exemple).

Définition de dualité (selon Larousse) : Caractère de ce qui est double en soi ou composé de deux éléments de nature différente : La dualité de l’être humain.

Une dualité humaine :

À première vue c’est un véritable défilé de cyclo-pousse à Phnom Penh transportant une trentaine de touristes plutôt âgés qui se couvrent le visage avec un masque (pollution importante).

Les conducteurs de cyclo-pousse ne portent pas de masques, et l’âge de ces messieurs est assez élevé également. Il y a un équilibre.

Une dualité historique :

Autre détail intéressant qui nourrit la notion de dualité sur cette photo :

La photo a été prise dans un des lieux les plus historiques de la ville, d’un côté, il y a un énorme temple, de l’autre un palais immense et dans cette approche historique il y a un panneau qui fait son apparition qui est celui de l’interdiction des drones.

Un peu comme si le passé rencontrait le futur en disant “interdiction aux robots”, il y a quelque chose qui ressort presque de la science-fiction quand on y pense.

C’est aussi très contrasté d’avoir ce type de panneau quand on voit la pauvreté des gens qui vivent autour de ces lieux. Il n’y a pas ou peu de panneaux sur la route pour la circulation (un vrai bordel), mais il y en a un pour les rares possesseurs de drones.

Une dualité personnelle :

De voir ces pauvres messieurs pousser une vague de touristes m’a troublé… J’ai souri au moment de prendre la photo, car j’ai été surpris de cette scène et il y avait un alignement intéressant, quelque chose de presque esthétique et tous les gens se sont arrêtés pour regarder passer le convoi, un peu comme des enfants qui regardent passer un défilé, mais je me suis vite senti mal, impossible de cautionner.

Je comprenais pourquoi ces vieux messieurs utilisaient leurs mollets d’acier pour “servir” ces touristes et je comprenais pourquoi ces touristes s’étaient retrouvés assis à se laisser promener (agence de voyage). Mais je me suis rendu compte, que malgré ce que l’on pense, certaines choses ne changent pas comme l’usage des corps de certains pour le confort des autres et surtout, surtout, l’interdiction aux robots de visiter des lieux historiques. 🙂

Il y avait aussi cette “dualité” en moi finalement.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.